Donner, prendre, faire, agir

Vie et suspension.
Eclair de vie, surprise en vue.
Donner un peu de lumière, donner de la voix.

Amour et voltige.
Tourment d’amour, voyager au delà du temps, de l’espace.
Prendre le chemin, prendre du réconfort.

Espoir et horizon.
Garder l’espoir, virevolter d’ivresse.
Faire ensemble, faire en maintenant le contact.

Souvenir et illusion.
Se souvenir de chose à venir, exister et être heureux.
Agir sur les choses, agir sur le monde.

Exposition Terre Humide – 28 janvier 2015

Le temps file, mes journées ne sont pas assez grandes en ce moment pour tout faire. Voilà qu’une opportunité se présente de pouvoir venir faire un tour (pendant ma pause déjeuner) d’une magnifique exposition avant qu’elle ne s’en aille. Il est évident que mes semaines ne sont plus les mêmes depuis que j’ai retrouvé un emploi. Pas la même disponibilité, pas la même flexibilité. Pourtant il ne faut pas se laisser aller à ne rien faire, à remettre à demain. Au contraire, je me dis qu’il y a certains moyens d’agir, certains choix qui ne sont pas si compliqués à prendre.

Me voilà donc, à 13h45, devant la porte du Cabinet d’Amateur. Par chance, le propriétaire des lieux est là et m’ouvre la porte. Je peux donc bénéficier d’une visite au calme. Et il y a de quoi se régaler avec Bault. L’exposition s’appelle Terre Humide – Drones, pandémies & cupcakes. Ludique, drôle, touchant, c’est un univers qui me plaît, qui respire la surprise, qui réveille l’enfant qui est en moi. Il a une palette magnifique de couleurs qui trouve malgré la densité et l’aspect sauvage une cohérence, une harmonie.

Il n’est jamais facile de restituer avec un appareil photo la beauté, la surprise et les émotions ressenties devant ces oeuvres. J’essaie du mieux que je peux, en mêlant mes mots aux clichés. Je me joue passeur virtuel à défaut de pouvoir vous prendre par la main et d’y aller avec vous. Mais pour que vous puissiez voir, vibrer devant ces oeuvres, je vous invite (très fortement) à vous rendre 12 rue de la Forge Royale dans le 11ème et à le faire rapidement car l’exposition finit vendredi soir.

Pour mémoire, voici les expositions précédentes que j’ai vu au Cabinet d’Amateur : Vis-à-vis et Street Two avec un florilège d’artistes, Ardoises de Philippe Hérard.

Exposition KristX et Stoul – 24 janvier 2015

Samedi. 2ème plaisir des yeux. Nous voilà au LavoMatik avec Nemi Uhu et Nath Oxygene. Au dehors Artiste Ouvrier crée une oeuvre avec ses pochoirs d’une finesse impressionnante. Je l’ai croisé à plusieurs reprises. A chaque fois, je vois dans son regard que mon visage ne lui ai pas inconnu mais qu’il ne se souvient pas du reste. Cela me fait sourire. Je lui rappelle mon prénom et le fait que l’on s’est croisé dernièrement pour l’Exposition Dali fait le mur. Peut être j’aurai la chance un jour de l’interviewer et ce sera alors l’occasion de prendre le temps de la rencontre.

Je rentre dans la galerie-librairie-caverne aux trésors. A l’honneur sur les murs KristX. L’univers est saisissant, vif, intense. Une vibration sort de certaines toiles. Les couleurs sont époustouflantes. J’ai adoré la toile qui se trouve en haut des escaliers. Une invitée a pris également de la place et signe son livre : Stoul. Quelques œuvres de cette dernière sont là.

Deux femmes talentueuses donc pour une fin d’après midi sans pluie. A voir jusqu’au 31 janvier 2015 !

Exposition Astro – 24 janvier 2015

Ce samedi, c’était l’occasion rêvée pour sortir de chez moi, pas trop froid, du soleil et surtout au moins deux lieux à visiter.

Je pars donc direction St Michel. RER B. Je profite du voyage pour écrire. Mes mots remplissent l’écran de mon téléphone et me font glisser sans m’en rendre compte d’une station à l’autre. Je suis dans un train qui vient de l’aéroport. Bon nombre de mes compagnons de route sont avec leur valise. Je leur invente une vie : certains sont étrangers et viennent découvrir la Ville de l’amour, d’autres sont français et reviennent d’un périple à l’étranger, des femmes d’affaire avec le strict minimum, des familles très chargées.

Arrivée dans VIème, il y a du monde dans les rues. Entre ce premier samedi ensoleillé de l’année et les soldes, il y a de quoi faire. Je me dirige rue d’Arras pour faire un tour dans la NUNC gallery. C’est Astro qui est invité. Je l’avais rencontré à Aulnay en mai 2014 pour le festival Rue des arts.

Abstraction, tribal, des formes mi-tentaculaires, mi-rectilignes, des couleurs subtilement réunies et un souci du détail. Voilà ce que je dirais sur les toiles exposées et le travail d’Astro. Une toile est en noir et blanc (pour la découvrir il faut descendre au sous-sol) ; elle est troublante, vaporeuse et m’embarque dans un imaginaire sans limite.

NUNC c’est aussi une maison d’éditions. Je repars donc avec 3 livres de la série Opus Délits, histoire de compléter ma collection. Une nouvelle étape m’attend : le LavoMatik. Je ne fais pas le trajet seul puisque Nemi Uhu et Nath Oxygene m’ont attendu pour prendre le bus. Nous discutons chemin faisant.

Exposition INVA8ION – 15 janvier 2015

L’Akizianisme envahit la toile. L’année 2015 a commencé et il me fallait reprendre le chemin tracé par mon site : découvrir et faire découvrir, rencontrer et raconter ces rencontres, écrire, photographier et partager tout cela.

Je suis donc allé faire un tour à Akiza la galerie dans le 18eme, histoire de souhaiter une bonne année à Yoshii et Robinson. Une exposition collective remplit les lieux avec simplicité et une belle mise en scène. On y retrouve ANTIAlex Konahin, Codex Urbanus, Kef, Mental Links, Peca et bien sûr Akiza. Subsistent encore dan la salle du fond quelques poupées russes de l’exposition précédente.

J’ai le droit maintenant à une visite privée. J’écoute attentivement les propos de Robinson et réagit de temps en temps. L’univers des différents artistes présents se dévoile, le lien avec Akiza également. Je repars avec un t-shirt qui m’attendait, le calendrier 2015 d’Akiza qui est magnifique et l’envie de revenir passer du temps avec mes amis de la rue Tholozé. L’exposition est à voir jusqu’au 14 février.

Bonne année 2015

2015 commence. Quelle soit douce, belle, heureuse. Amour, santé, solidarité pour toutes et tous !!!

2015 begins. I wish it will be nice, beautiful, happy. Love, health, solidarity for all !!

2015 comienza. Que sea dulce, bella, feliz. ¡ Amor, salud, solidaridad para todas y todos! !!

Exposition Vis-à-vis – 19 décembre 2014

Se faire face, s’affronter peut être, se mettre d’accord, se réconcilier aussi, se tenir là, l’un et l’autre, côte à côte, serrés ou avec une distance raisonnable, à se regarder, à se jauger, à se sourire, à se tirer la langue, à se répondre.

Se faire face et pourtant faire ensemble, créer un écho entre deux artistes, deux univers, deux manières de voir les choses, soit en juxtaposant chacun(e) une oeuvre, soit en mêlant dans le même support un peu de chaque.

Le Cabinet d’Amateur propose jusqu’au 31 décembre l’exposition Vis-à-vis. Une découverte en mode duel, duo, dos à dos, nez à nez, avec Bault, Arnaud Boisramé, Codex Urbanus, Ender, Joanna Flatau, Philippe Hérard, Levalet, Mosko, Ricardo Mosmer, Paella, Simon Pradinas, Saint-Oma.

D’ailleurs, pour celles et ceux qui avaient raté, je vous propose de voir l’exposition solo Ardoises de Phillipe Hérard.

Pour dire tout, je n’ai pu résister à l’envie de me faire mon cadeau de Noël.   N’est-on pas mieux servi que par soi même? Je suis donc reparti de la galerie avec une oeuvre de Fred le chevalier. Ma collection s’agrandit doucement.

Un et autre

Mettre un pied devant l’autre
Regarder le sol
Regarder au loin
Et avancer

Mettre une pause puis une autre
Savourer le présent
Savourer ensemble
Et rêver

Mettre un mot après l’autre
Créer du sens
Créer du changement
Et espérer

Interview de Jace

Je vous emmène en voyage. Il était temps de partir de Paris, de la tête peu réjouissante du RER le matin, de ce ciel bleu ou gris, de cet hiver glacial qui s’annonce. Je vous emmène par la pensée car le billet d’avion pour toutes et tous me reviendrais trop cher. Là-bas, c’est tout est inversé par rapport à la Métropole. Leurs hivers sont nos étés, leur été sont nos hivers. Je vous emmène sur ce bout de France si cher à mon coeur. Une île merveilleuse, étourdissante, de mélange et de partage. Une île au mille saveur, au volcan grondant, à la vanille délicieuse.

Prenez le temps, coupez votre téléphone, éteignez la télévision. Il est temps d’effectuer ce voyage. Nous partons pour l’île de la Réunion, océan indien, à environ 9300 kilomètres de Paris. L’artiste y a posé ses valises depuis un moment, même si ces premiers personnages sont apparus au Havre. Vous allez faire la découverte de Jace et partir à la chasse aux Gouzous avec moi.

C’est la première fois que je fais une interview à distance en mode questionnaire. J’espére ne pas avoir trop exaspéré l’artiste avec toutes mes questions. Je ne savais pas à quoi m’attendre non plus concernant ses réponses. Pour le coup, je ne suis pas déçu et même si j’aurais eu d’autres choses à demander, je suis pleinement satisfait. Il faut parfois se contenter de ce que l’on peut avoir plutôt que de rêver à ce que l’on aimerait avoir. J’ai quand même eu la chance de le rencontrer pendant son passage parisien en juin 2014. Après avoir lu l’interview, vous pourrez revenir dans le passé pour deux galeries de photos : Jace et Lezarts de la Bièvre et Jace et Seth font le mur.

Un p’tit message pour toi Jace : J’espère que nous prendrons le temps lors de ton prochain passage sur Paris ou lors de mon prochain passage à la Réunion pour prolonger ces échanges.

Exposition Poupées Russes – 29 novembre 2014

Emboîtées ? Cachées les unes dans les autres ? Finalement, les voilà qui se dévoilent. Elles sont côte à côte, fières ou coquines, drôles ou sérieuses, magiques ou mystérieuses. Elles se regardent, se jalousent peut être, se défient sûrement.

AKIZA trouve encore le moyen de nous surprendre en réunissant 37 artistes au même endroit. L’exercice est vraiment très intéressant : identique et différente, de taille et de corps variable, unique parfois, chaque artiste a su jouer avec le thème des poupées russes. Pour ma part, je me suis amusé à regarder différents ces petits êtres, à les rendre gigantesque, de la tête au pied.

Merci beaucoup pour avoir apporté à notre samedi cette touche artistique !!! Vous avez jusqu’au 4 janvier 2015 pour aller voir cette sublime exposition. Si vous voulez en découvrir plus, de la même galerie : Mysterious touch, Le vent nous portera, Summertime, Insectes et Arachnides, Baubô.

Exposition PERFusion et dédicace de Toctoc – 29 novembre 2014

Samedi ensoleillé : l’occasion rêvée d’emmener mes amies voir ce qui se passe à la Galerie Ligne 13. Deux en un : l’exposition PERFusion et la dédicace du livre Salut l’artiste de Toctoc.

On retrouve dans la galerie les performances effectuées lors du Salon Art Shopping, certaines ont été retravaillées. Au programme : Anis, Snez, Mosko & Associés, EZP, Nice Art, Stoul, Suriani, No Rules Corp, La WCA, Codex Urbanus, Gregos. De quoi satisfaire nos yeux !!!

Toctoc est arrivé à l’heure. Son sac contenait ses livres. Cela m’a fait bien plaisir de le revoir. C’est le dernier artiste que j’ai interviewé. Vous pouvez retrouver d’ailleurs son interview en cliquant ici. L’idée du livre est génial : mettre ses Duduss dans des tableaux de Maîtres. Le monsieur est doué, mes amies n’hésitent pas un instant à acheter un livre. J’espère sincèrement pouvoir le suivre dans une de ses prochaines virées nocturnes pour vous faire découvrir une création de A à Z.

Metro, boulot, expos !!! – 8 novembre 2014

Samedi 8 novembre. Le soleil est au rendez-vous. La température continue sa descente progressive. Malgré tout,  cela donne envie de se mettre en mouvement.

Je dois d’abord passer sur Nanterre pour le travail. L’idée est de faire des relations publiques, d’aller à la rencontres des associations du quartier Berthelot. J’espère que cela sera porté ses fruits.

Pour profiter de cet aller retour via Paris, je me suis organisé une balade, passant par trois galeries. Pour le plaisir des yeux !! J’ai choisi d’avoir un jour de décalage par rapport au vernissage, histoire de pas subir la foule. J’ai mon appareil photo. J’espère ne pas faire flamber la CB, même si certaines oeuvres ou sérigraphies me tentent bien, même si certains livres également.

Au programme : Stew à la gallerie Nunc, Rubbish à Mathgoth et une exposition collective au LavoMatik.

(lui)

Je me souviens de (lui). 
Je me souviens de ce qu’il (lui) plaisait, de ses moments de joie, de larme, de sa façon bien à (lui) de croquer la vie.

Je (lui) parle parfois.
Je parle parfois de (lui). Je me rends compte que je n’ai pas peur de le faire exister, de livrer aux autres mes maux et de raconter ce qui me relie à (lui).

Je n’étais pas (lui).
Je ne suis pas (lui), tout simplement car je peux écrire ces mots aujourd’hui et que (lui) ne peut pas les lire.

Je pense tant à (lui).
Je ne pense pas être le seul tant il avait marqué autour de (lui), sa famille, ses amis, tant il (lui) arrivait de toucher au cœur les gens.

J’ai de l’amour pour (lui).
J’en ai tant, à (lui) donner, à partager, tant qu’il (lui) sera impossible de prendre.

Je (lui) offre mes larmes.
J’en ai tant, à sortir pour (lui), tant qu’il (lui) sera impossible de voir couler.

Je vis… Et (lui)…
Je vis tous les jours que (lui) ne verra pas et je suis sûr que (lui) me dirait de les vivre intensément.

Exposition New Romantic – 8 novembre 2014

Il doit en falloir de la patience, de la dextérité pour arriver à autant de précision, de finesse, de beauté. J’ai été stupéfait de voir le papier tel de la dentelle, le découpage qui dessinent des visages, des mains, des fleurs. J’ai adoré l’utilisation des Moleskines, carnet  dont je ne peux me séparer (j’en ai toujours un avec moi). La couleur utilisée par petite touche sur certaines oeuvres donne de la profondeur, fait ressortir des détails, donne un supplément d’âme.

Je vous invite vivement à aller y faire un tour et observer de près ou de loin les oeuvres d’Aurel RubbishMathgoth accueille encore une fois un artiste d’exception jusqu’au 26 novembre 2014. Pour le coup, il y a énormément de choses qui m’attirent dans ce travail et pour lesquelles j’aimerais prendre le temps avec l’artiste, lors d’une interview ou d’un reportage… Qui sait, cela se fera peut être bientôt.

Exposition Ardoises – 7 novembre 2014

Avant de rentrer chez moi, j’avais envie de me dégourdir les yeux. Direction le Cabinet d’amateur. A l’extérieur déjà, les oeuvres de Philippes Hérard m’accueillent. Suspendus, en flottaison, en haut des échelles. Il faut maintenant pousser la porte de la galerie pour voir « Ardoises ».

Il y a énormément de poésie dans ces oeuvres. Le support utilisé, à savoir des ardoises, rend également grâce à la créativité de l’artiste. Cela crée des aspérités, du volume, une vie à part. L’artiste joue également avec les deux faces des ardoises. Les scènes changent, subtilement. J’ai eu la chance d’avoir une démonstration de la part de l’artiste lui même pour l’oeuvre la plus grande .

Une belle rencontre, en simplicité. J’ai eu un coup de coeur pour l’un des oeuvres accrochés dans l’air. Vous avez jusqu’au 21 novembre 2014 pour voir cette exposition.

Exposition Mysterious touch – 4 novembre 2014

Cela fait deux jours que je suis passé rue Tholozé. Ce soir j’avais le choix entre courir dans de nombreux vernissages de Street art ou rentrer chez moi et profiter de ma fin de journée pour vous dire qu’il y a une exposition jusqu’au 22 novembre à ne pas rater. J’irai faire un tour demain ou samedi dans ces autres galeries pour voir. Franchement, je prends l’option moins de monde et plus de temps pour profiter. Et puis c’est d’un duo de choc dont je vais vous parler, un couple que j’apprécie énormément, une galerie qui ne cesse de me surprendre.

Akiza la galerie sait être le lieu de la rencontre. Ils le prouvent encore une fois en proposant une exposition solo de Yoko d’Holbachie. L’univers est fantastique, coloré, le travail de l’artiste est remplie de détails, de points, traits, d’arrières plans vaporeux et oniriques.

Les deux couleurs d’Akiza font face à une multitude de couleurs de Yoko d’Holbachie. Un écho se joue pourtant au niveau des personnages, déclinés pour chaque artiste presque à l’identique. La bouche, les yeux, les coiffes, les corps différents, mais presque symétriques. L’aspect est enfantin et inquiétant à la fois, unique et multiple. J’avais autant l’envie de pouvoir serrer dans ses bras ces êtres ravissants et l’impression qu’ils préparaient un sale coup.

Prenez le temps d’aller dans cette galerie, d’observer chaque oeuvre, de vous évader dans cet ailleurs magique. Vous pouvez également lire l’interview d’Akiza et revoir les expositions précédentes Le vent nous portera, Summertime, Insectes et Arachnides.

Exposition Libertés, égalités, fraternités – 4 octobre 2014

C215 est exposé dans une galerie parisienne jusqu’au 8 novembre, encore quelques jours pour en profiter. Il faut se rendre dans le 1er arrondissement, au 356 rue St Honoré, dans l’Opera Gallery, sonnez à la porte puis attendez que l’on vous ouvre et prendre les escaliers. En avant pour Libertés, égalités, fraternités.

Au premier, il y a de quoi se faire plaisir aux mirettes. Le travail du pochoiriste est encore une fois étonnant tant sur les couleurs que sur le choix des supports (toile, planche de bois, fenêtre, carte d’école). Plusieurs personnages me rappellent des œuvres vues sur des murs à Vitry-sur-Seine ou vers la Bibliothèque François Mitterrand. Il faut oser monter au deuxième étage pour voir un valise revisitée par l’artiste et des œuvres de Niki de Saint Phalles, Calder entre autres.

Interview de Toctoc

Avec Toctoc, cela s’est fait en deux fois. La première, à force de le suivre, de le tagguer sur mes photos puis de devenir « ami » sur Facebook, je lui ai proposé de le suivre un soir dans une virée collage. L’occasion a failli avoir lieu. Mais finalement cela ne s’est pas fait. Peut être fallait-il que l’eau coule sous les ponts, que les jours passent et ne se ressemblent pas.

Plusieurs mois plus tard (je ne lâche rien), voilà que je suis pris d’envie de le contacter après avoir vu quelques unes de ces oeuvres au Cabinet d’Amateur. Ce soir là, j’étais allé rendre visite à mon cher Codex Urbanus qui faisait une performance live. Dans cette charmante galerie du 11eme, une exposition collective de fin de saison.

Le contacter, disais-je, déjà pour savoir s’il avait des oeuvres en stock avec Batman et Robin (rêvant secrètement d’en acheter une). Puis si nos agendas peuvent coïncider, je serai ravi de l’interviewer. Etant en train de finir de retranscrire la dernière, je ne souhaite pas m’engager dans une si l’autre n’est pas en ligne. Mais bon, il faut faire des exceptions et le plaisir de faire mon travail de passeur me pousse à fixer une date. Il est dispo début août. Il faudra juste que cela soit après le boulot.

Comme d’habitude, le rendez vous approche et les contours se definissent progressivement. Je laisse le choix du lieu au bon vouloir de l’artiste. Un endroit qui lui correspond, dans lequel il est à l’aise. La seule contrainte est qu’il ne soit pas top bruyant pour que je puisse enregistrer. Rdv pris le 4 août 2014 à 18h30 (ramener à 18h15), devant la fontaine Saint Michel. Il m’a dit connaitre plusieurs bars où se poser. Je sors du RER B et descend l’avenue St Michel, évitant les touristes. Le ciel gris n’a rien de rassurant et pour l’anecdote j’espère qu’il ne pleuvra pas en l’attendant car j’ai oublié mon parapluie au travail. J’ouvre de nouveau une fenêtre sur un univers artistique. Cela me réjouit d’avance.

3 expositions en 1 balade – 18 octobre 2014

3 en 1, cela fait télé shopping. Sauf que pour le coup, je n’ai rien à vous vendre et je n’ai aucun intérêt en nature pour chaque personne passée dans ces 3 lieux. Juste le plaisir de vous faire découvrir 3 galeries de Street art que j’apprécie tant par la qualité des artistes proposés, de l’approche complètement différentes de les mettre en avant, que par les espaces dévolus pour l’exposition.

3 en 1 effectivement car elles sont à 500 mètres l’une de l’autre. Et tout cela facilement accessible : vous pouvez soit sortir à Bibliothèque François Mitterrand, faire un tour par les Frigos, aller d’abord à la galerie Itinerrance,  chasser ensuite quelques Gouzous avant d’entrer dans la galerie Mathgoth puis passer à côté du tram pour finir au Lavo Matik, soit sortir à Avenue de France et le faire dans le sens inverse.

3 en 1 qui m’a permis de profiter pleinement du soleil de ce samedi après midi. Voilà en détails les galeries et les artistes exposés, profitez bien de cette offre culturelle !

Portes ouvertes Albatros – 18 octobre 2014

Montreuil est une ville qui vibre et qui vit. Il y a de quoi faire, voir et profiter. Le week-enk passé, un lieu emblématique ouvrait ses portes et laissait entrevoir les univers imbriqués et scénographiés de plusieurs artistes. De la sculpture au Street art, du chaos de la ville au monticule de feuilles d’automne, l’Albatros donnait son espace à envahir. Chaque coin était occupé. Des mannequins flottaient dans les airs, attachés par des cordes, de la broderie dans la salle du haut, du pochoir à côté, puis loin de la photographie. Ces anciens studios de cinéma permettaient de jouer sur les tailles, la hauteur, le volume, de recréer des espaces confinés, de jouer entre la juxtaposition et la complémentarité. Au programme : MG La Bomba, Artof Popof, Mosko et associés, Mr Pee, Lise DUHAY, Zemask, Monsieur chat, Vinie, Jérôme Mesnager, Bault, FKDL, Kashink.

Une fois par an donc, un lieu à découvrir, à explorer. Enfin il faut y revenir à d’autres moments et également pour son mur extérieur recouvert par des bombes de peinture. Connu également pour ces activités culturelles, j’y étais venu à plusieurs reprises pour mes amies Les Akouphènes. Elles avaient participé à un concours et avec Rhythm and Town à un concert filmé. D’ailleurs, pour les amateurs de très bonne musique, elles se produisent pour une soirée exceptionnelle le 29 novembre 2014 aux Trois Baudets.

De Nunc au Lavo Matik – 4 octobre 2014

Samedi dernier, il y avait plein de choses à faire. Cela a commencé par un déjeuner en famille avec mon grand-père. Il était de passage sur Paris. Il part dimanche 5 pour l’île de la Réunion voir mes parents et il passera également à Mayotte voir mon oncle, ma tante, mon cousin et sa p’tite famille. A chacune de ses venues, nous profitons de lui et l’emmenons à la découverte de la capitale. Nous sommes allés manger dans un restaurant japonais, rue Saint Anne dans le 1er arrondissement. Un régal !!

Nous profitons du soleil pour faire un tour dans le jardin des tuileries. Puis nous prenons le bus en direction de Nunc. J’ai réussi à convaincre mes amis de découvrir deux expositions. Le 17 septembre, c’était De Mathgoth au Lavo Matik;  ce 4 octobre il y a du changement.

" Certains regardent la réalité et disent : « Pourquoi ? »
Moi, je rêve de l'impossible et je dis : « Pourquoi pas ? » "Robert Francis Kennedy

Exposition Le vent nous portera – 20 septembre 2014

Il faut sortir Métro Blanche, ligne 2. Remonter rue Lepic, tourner à droite et tout de suite à gauche, rue Tholozé. Quelques pas encore et vous arrivez à l’exposition Le vent nous portera à AKIZA la Galerie.

Faire une exposition collective, thématique, peut être un exercice plus que périlleux. Choisir des oeuvres parmi celles déjà créées par certains artistes, passer une « commande » pour des oeuvres inédites, voilà également qui n’est pas chose facile. Mais pour AKIZA, c’est là où ils excellent. Réunir des artistes d’influences diverses, de techniques si différentes rend compte de la force de cette galerie.

On passe du Street art à l’art sombre, du travail photographique à celui au fusain, de dessin vaporeux, onirique sur fond blanc à des câbles, lampadaires dans un bateau noir. Au programme : AdeyAkizaAngel RoyCodex UrbanusDocteur BergmanDom GarciaEmika, Frédéric FontenoyHadrien Durand-BaïssasIemzaJean-François B.Le petit monde tentaculesque d’Emilie, Michaël BrackRichard LaillierVavje.

L’ensemble est cohérent, les hôtes sont toujours aussi accueillants et attentifs. A la question de Robinson « si tu pouvais partir en courant avec une œuvre de l’exposition en bousculant tout le monde pour t’enfuir, ce serait laquelle ? », j’ai une réponse. Ce serait une de Iemza. Et s’il fallait voter parmi les galeries et leur exposition de rentrée, AKIZA sans hésiter !!! Pour les curieux vous pouvez lire l’interview d’AKIZA.

De Mathgoth au Lavo Matik – 17 septembre 2014

Finir sa journée par deux expositions de Street Art, cela fait du bien. Surtout qu’elles ne sont pas loin l’une de l’autre et que le soleil était avec moi. Direction donc Bibliothèque François Mitterand.

Première étape : Mathgoth, 34 rue Hélène Brion dans le XIIIème. La galerie propose l’expo « Souvenirs de vacances » de FENX jusqu’au 4 octobre 2014. Il est question de traces, de visages qui laissent place à des mots. Les couleurs sont belles, le travail de matière très intéressant. On se rappelle alors ce que nous avons fait durant l’été, le bord de la piscine, la séance de bronzage, ce baiser échangé, ce moment qui s’inscrit à jamais dans la mémoire.

Deuxième étape : Lavo Matik,  20 boulevard du Général Jean Simon dans le XIIIème. Ici, c’est Nice art qui a envahi l’espace. Le lieu donne de la hauteur aux oeuvres. Mi galerie, mi librairie, il y a de quoi se faire plaisir. Nice art propose un travail de pochoiriste de qualité sur de multiples supports : bois, toiles, panneaux de signalisation. Pour moi, c’était également l’occasion d’acheter deux livres pour compléter ma collection.

Demandes moi

Demandes moi de la profondeur
Et j’écrirai au delà des étoiles

Demandes moi de te répondre
Et je te prendrai dans mes bras

Demandes moi d’être disponible
Et j’en oublierai mon chemin

Demandes moi la valeur des choses
Et je te dirai que je ne fais pas le poids

Demandes moi la lune
Et je garderai les pieds sur terre

Demandes moi de t’écrire un poème
Et je mettrai fin à notre histoire

Et si jamais tu ne savais plus quoi me demander
Je te sourirai en espérant que cela soit temporaire

Exposition Dalí fait le mur – 10 septembre 2014

J’ai entendu pour la première fois parler de cette exposition par AKIZA. Le soir de son interview, il venait de finir la toile après une petite nuit. Elle séchait dans la cour. C’était avant l’été. Depuis il y a eu l’exposition Summertime dans leur galerie et la sortie de l’interview d’AKIZA.

Après une semaine de vacances j’ai repris le travail. Début septembre, AKIZA me fait un message me demandant si j’ai des informations sur l’exposition Dalí fait le mur et si ça me dirait d’être présent au vernissage. Ils oeuvrent auprès de la commissaire d’exposition Véronique Mesnager. Quelques jours plus tard, un message via Facebook. Elle me demande si je peux lui envoyer mon email pour qu’elle passe l’adresse à l’agence de com qui s’occupe de l’événement. J’ai une accréditation presse. Je pose quelques questions, novice que je suis en la matière et surtout car pour participer à l’événement il faut que je pose ma 1/2 journée.

Tout est ok. L’invitation, le dossier de presse, l’appareil photo. Je retrouve AKIZA dans leur galerie. L’occasion d’acheter deux t-shirts dont celui en lien avec l’œuvre réalisée pour Dalí fait le mur. Yoshii et Robinson ont encore à faire. Nous décidons de nous retrouver au musée directement. Devant, on installe des plaques blanches en contreplaqué pour les performances qui vont suivre.

Exposition Ce que l’on ne regarde pas vraiment

Une info, comme ça en passant. Mon ami Julien Henrique, qui gère l’annexe du centre d’animation Montgallet, m’a proposé d’accueillir une installation avec mes photos de Street art et des transports en commun. J’ai donc créé l’exposition « Ce que l’on ne regarde pas vraiment ». Vous trouverez en cliquant ci-dessous ma note d’intention et quelques clichés. Vous pouvez également aller à l’Annexe – 10 rue érard, Paris 12ème sur les horaires d’ouverture du centre.

Les Akouphènes

Définition

1. Groupe de musique, aux influences multiples, nom qui s’accorde exceptionnellement au féminin.
2. Ensemble de personnes qui sait combiner l’acoustique d’une guitare, la justesse des voix, la vitalité des percussions pour vous ravir les tympans et vous emmener dans leur monde haut en couleur.

Cependant il reste un mystère : Combien sont-elles pour faire tout ça ? Deux !
Deux seulement pour toutes ces mélodies, pour ces accords de folie, pour ces tchak-boum-lalala. Deux avec de l’énergie à revendre et de la magie au bout des doigts.

De la folk au jass, du vocal à la world music, avec l’oceandrum et le cajon, les aKouphènes : un vrai remède pour vos oreilles et passer d’une vibration à l’autre avec le sourire. J’ai eu la chance de les accompagner plusieurs fois à des concerts, voici quelques galeries photos : 5 octobre 2013, 15 novembre 2013, 13 février 2014, 21 mars 2014, 24 mai 2014.

Suivez leur actualité sur internet : http://lesakouphenes.com
et http://lesakouphenes.bandcamp.com

Interview d’AKIZA

Il faut se rendre dans le 18ème. Arpenter la butte, découvrir les alentours vers le métro Pigalle, Blanche. Remonter, éviter un peu les touristes de la Rue des Abbesses. Et surtout aller voir AKIZA. Une galerie. Un artiste. Un deux en un magnifique et troublant, envoûtant et subtil. Rue Tholozé. Il faut pousser la porte un jour et y retourner. Je dis un jour sans préciser car ils sont quasiment ouverts 7j/7, 365j/an. Y retourner car il y a à tant voir, à savourer, car il y a tant de questions à leur poser, de t-shirts avec lesquels repartir.

Cela fait plusieurs mois que je suis passé voir cette galerie. Accueilli par YoSHii, un bonjour, un sourire, une invitation à découvrir l’expo du moment. Robinson pas très loin, dans la salle du fond en train de jouer les passeurs. La conviction que ce lieu est une pépite, où l’on peut s’en mettre plein les mirettes et ressortir en étant moins bête qu’en entrant. Moi j’étais curieux. Eux étaient présents, prêt à répondre à ma curiosité, dans un échange précis et riche, avec des mots justement choisis. Moi avec l’envie d’aller au delà et de comprendre davantage Akiza, cette poupée, cet univers. Eux avec la promesse de prendre le temps pour cela.

23 juin, 17h. Il me demande quelques minutes pour s’occuper de deux personnes et donner un coup de peinture sur une œuvre. Je profite de ce temps pour faire le tour de l’exposition Arachnides. Plusieurs artistes sont présentés. Finalement vers 17h30, nous nous installons, en mode fauteuil et table d’appoint, deux verres de limonades et mon microphone. Et là, pendant 2h, j’ai bu ses paroles. J’ai accepté facilement de mettre un peu de côté mon questionnaire pour m’ajuster à ces propos et réagir en fonction de la direction que nous prenions. Akiza. Son histoire, son univers. Un tandem, une aventure humaine et artistique. Une poupée en noir et blanc.

Le temps a filé. Je les ai retenus plus que la normale dans leur galerie. Je m’en veux. Vous comprendrez d’autant mieux quand vous aurez lu ce qui suit.  J’espère que vous serez contents, Robinson et YoSHii, de cette interview. Cela sera ma manière de vous demander pardon. Je retournerai à AKIZA encore, je le sais déjà. Pour les curieux vous pouvez également lire le résultat d’une enquête AKIZA – Vu de l’extérieur avant de cliquer ci-dessous.

Akiza – Vu de l’extérieur

Lors de l’interview, nous avons parlé des influences ou des atomes crochus entre Akiza et d’autres univers. Des mots, des adjectifs, des notions, des manières de voir le monde étaient là, mettaient tout cela en cohérence, en synergie. Malgré tout, des questions subsistaient. Notamment avoir le retour d’une première fois à voir une Akiza. Il est difficile de savoir si le message dans l’oeuvre passe (d’ailleurs cela peut pour l’artiste avoir ou non une importance). Tout ne peut pas se révéler sans effort, sans envie d’aller au delà, sans rencontre avec l’autre.

Nous nous sommes quittés et je lui au promis d’aller à la rencontre des quidams, de personnes éloignés d’Akiza et d’enquêter sur l’impact, la sensation, le ressenti du premier contact. Voilà ce que vous allez découvrir dans cet article.