Marche sur le feu – Piton St Leu – 1er janvier 2017

Depuis plusieurs jours, je cherche un lieu pour assister à une marche sur le feu. La communauté Malbar de la Réunion organise ce type de cérémonie chaque année dans différents temples. Je suis tombé sur un site internet dédié à cela http://www.malbar.fr. Pas simple de chercher l’information, de savoir où aller. Comment savoir si nous pouvons venir et assister à la cérémonie? Comment savoir s’il y aura ou non un sacrifice?

Je garde un vague souvenir d’une marche sur le feu que nous avions vu en 2004, un peu par hasard. Il y avait un attroupement aux abords d’un temple et nous en avions déduit qu’il y avait une marche. Nous nous sommes frayés un chemin. J’avais mon appareil photo à la main. Je me souviens revoir les gens marcher sur les braises. Leur visage tendu. Et plusieurs sacrifices. Un bouc et des coqs. J’étais juste devant le lieu des sacrifices et m’était caché derrière mon objectif pour pouvoir tenir émotionnellement à ce qui allait se passer devant moi.

Revenons au 1er janvier 2017. Nous prenons la voiture en direction de Piton St Leu, par les hauts en passant par les Avirons. La route est sinueuse. Soudain quelques véhicules arrêtés sur le bas côté. Ma maman repère l’entrée du temple. Nous trouvons une place et nous rendons doucement sur le lieu de la cérémonie. Il est à peine 16h30. Une trentaine de personnes attendent déjà. L’enceinte du temple est bloquée. D’énormes troncs d’arbre sont en train de fabriquer les braises du carré de feu. Le rayonnement du feu se fait sentir à plusieurs dizaines de mètres.

Nous demandons à un jeune homme vers quelle heure la cérémonie va avoir lieu et où le public sera placé. Il faudra attendre l’arrivée des pénitents vers 18h30. Nous nous asseyions donc, il faut être patient. Plusieurs personnes, magnifiquement vêtues, arrivent au temple et se voient ouvrir les barrières. Il s’agit des membres de la communautés, famille ou proche des pénitents. Je reviens à la charge auprès du jeune pour lui offrir mes services de photographe. Je lui propose un deal : j’ai un bon appareil, je peux faire des photos et les lui donner à condition d’être bien situé. Il me dit de rester dans le coin au moment de l’ouverture des barrières et qu’il verra ce qu’il peut faire.

A la fin de la marche, j’avais toute une série de questions qui me venaient en tête. Ayant sympathisé avec un jeune homme, installé à côté de moi pendant la cérémonie, j’ai eu la chance de le retrouver via Facebook et lui poser mes questions. Merci Cédric pour tes réponses. Vous les trouverez dans un diaporama.