Balade dans le XIIIème – 30 mars 2017

Après une journée d’examens médicaux, il était important de se changer les idées, voir autre chose, savourer l’instant présent. Important également de profiter de cette fin de journée ensoleillée et d’aller flâner dans les rues du 13ème arrondissement. Déjà, Boulevard Vincent Auriol, pour découvrir la nouvelle fresque « Etreinte et Lutte » de l’artiste Conor Harrington : un pur bijou. Je savoure chacun de mes pas. Ils savent où m’emmener mais empruntent parfois des chemins de travers. Je rejoins la rue de Jeanne d’Arc pour voir la fresque de Seth, de Jana & Js, de. Je vais à l’angle entre rue Nationale et le boulevard Auriol pour admirer le chat de C215 et les deux oeuvres de Shepard Farey. Cela remplit, tant de couleurs, tant de vie. Important de prendre ces choses simples et de se laisser traverser par elles. Direction l’église Notre Dame de la Gare puis les rues Patay, Cantagrel et des Grands Moulins. Passage obligé devant l’oeuvre de Vinie (que je rêve d’interviewer) et ReaOne. Je retrouve alors l’avenue de France.

Premier stop à Mathgoth. L’après-midi est tranquille; je retrouve Mathilde, fidèle au poste, prête à venir échanger sur l’exposition du moment. C’est un pionnier et pourtant il arrive toujours à se renouveler : Gérard Zlotykamien. En tout cas, ses éphémères trouvent leur place dans les méandres de l’Histoire, de la 2ème guerre mondiale, des atrocités qui ont eu lieu et de la folie dans laquelle des humains se sont plongés, laissés emprisonner, perdus. Le support utilisé, la toile de lin, offre un fond écru, doux, apportant à la fois une délicatesse, une préciosité et également un côté naturelle, vivant. Minimaliste parfois, tellement de la calligraphie japonaise, fantasmagorique souvent, faisant voyager notre esprit, me faisant me poser bon nombres de questions sans en chercher de réponse. L’installation va au delà des toiles puisque des sacs de jutes sont autant d’éphémères amassés les uns contre les autres, pour faire bloc, faire force; d’autres sur des valises, des sacs, posés sur un chariot, comme s’ils étaient en transit, en route pour un ailleurs mystérieux et incertain. Encore une fois, saisissant et remplit d’une âme torturée, d’un spleen sans équivalent.

Je descend la rue Hélène Brion puis tourne à droite sur la rue Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé. Un tournage de cinéma a lieu et les cars techniques obligent les automobilistes à prendre un autre itinéraire. Se rendre au LavoMatik c’est toujours synonyme d’un bon moment, déjà par la chaleur et la générosité du maitre de maison, puis par les découvertes artistiques qu’il propose. Un Murs Ouverts, de quoi se rincer l’oeil avec plus de 70 oeuvres de 70 artistes. Les murs sont pleins, les étagères également avec de superbes livres. Je me laisse aller à remplir un peu ma bibliothèque. Au programme de ce Murs Ouverts : Adey, Al Tatou, Alert, Anne-Laure Colmon, Atomist, Aurel le Panda, Barny, BLB, Boldy, Brat, Cap Phi, Charly Crank, Codex, Cosmos, Dem Dillon, Diane D, Don Matéo, Éc, Erudiorf, Espion, EvazesirGrégos, Hervé Coignoux, Homek, Inti Ansa, iZa Zaro, Jérome Mesnager, Jinks Kunst, Joko, Kekli, KLG, Ksy Boomkies, KTY, Laszlo, Le Cyklop, Lor K, Lou Hopop, M2Y, Mademoiselle Berthelot, Man Blue, ManyolyMarlène Ehrhard, MDEE Blend, MG La Bomba, Mickael Selassié, Mr Lolo, Natasha, Nathaly Hertwig, Not Me, Noty Aroz, Nubu, Obi Hood, Paella, Petite Poissone, Pierre Gregori, Polar Bear, RAF Urban, Rige, RNST, Robba, Roder, Romain Mug, S7TH Vixi, ScanR, Sébastien Lecca, SEBD Shadow 2, Seize Happywallmaker, SST Division, Stéphane MoscatoStoul, TKY, Zag, Zelda Bomba.

Entre Mathgoth et le LavoMatik – 4 février 2017

Une semaine déjà de passer depuis mon retour en Métropole. Pas le temps de m’ennuyer car dès le samedi matin j’enchaînais en participant à côté de Jeanne DEMOULIN au colloque du GIS à St Denis. Nous présentions une contribution concernant une recherche-action que nous avons menée sur Nanterre. Depuis lundi j’ai remis les pieds au travail, à la Régie de quartiers de Nanterre. Tri des mails, reprise en main des dossiers, réunion par ci, par là. Et en un battement d’ailes, en un passage d’étoile filante il est déjà samedi.

J’ai retrouvé les joies du bus, du RER B et A (le matin et inversement le soir), les petites fusées qui courent de partout à Châtelet les Halles. J’ai retrouvé les collègues, les pauses chocolat, les partenaires du quartier qui avaient tous en tête que je n’étais pas là en janvier. J’ai retrouvé le rythme, le froid (même si beaucoup m’ont dit que ce n’est rien par rapport au -10 d’il y a 15 jours), les murs de Paris, caramel macchiato. J’ai également retrouvé le chemin des galeries parisiennes du 13ème arrondissement. Je suis dans le bus 89, en approche de l’avenue de France. Je viens de passer devant l’IMA, Bercy, la BNF. Plus que quelques arrêts et je franchirai la porte de la première galerie.

Toujours le même circuit, jamais les mêmes expositions. Toujours le même plaisir de retrouver les galeristes, jamais les mêmes discussions. Je vous laisse découvrir tout cela.

Exposition MG La Bomba – 15 octobre 2016

Sortir des sentiers battus, se surprendre et surprendre les autres en leur montrant une part de soi en devenir, en faisant faire à l’autre une part du chemin sur lequel on chemine. Montrer ce dont on est capable aujourd’hui et laisser entrevoir ce dont on sera capable demain. Voilà ce que j’ai ressenti en regardant l’exposition solo de MG La Bomba au LavoMatik (jusqu’au 21 octobre)

Une force, une créativité énorme, une recherche constante pour pousser son art au delà. Voilà un artiste qui ose, qui se renouvelle, qui explore, qui nous met une belle claque. Je suis resté bouche bée devant la toile noire, mélangeant un beau travail sur la matière, sur l’imaginaire. Certaines toiles offrent une belle perspective, un jeu sur la 3D qui est bluffant.

Cela fait du bien de découvrir des choses nouvelles, d’être bousculé en allant voir l’univers d’un artiste, de voir l’évolution, les changements. J’attends avec intérêts la suite, ce que MG La Bomba fera demain, après-demain, dans la rue et sur les murs. J’espère un jour prochain pouvoir l’interviewer… Et pour les plus curieux, voilà ce qu’il a fait dans le passé : 17 avril 2015, Festival Rue des arts 15 mai 2014, 17 mai 2014 part 1 et part 2.

1 dans le 13, 1 dans le 11 – 21 septembre 2016

Prendre du temps. Pour soi. Pour profiter des rayons de soleil de ce mercredi après-midi. Pour les autres. Pour discuter de la vie, du travail, du temps de trajet en transports publics chaque jour. Pour rire. Pour se faire du bien. Prendre du temps. Ne pas aller trop vite et pouvoir observer ce qui se passe sous nos yeux.

Deux étapes en cette rentrée de septembre. D’abord le LavoMatik qui a recouvert ses murs de plus de 70 artistes. Ce sont les Murs Ouverts n°16. De quoi donner le tournis tant les oeuvres sont différentes, tant les techniques, les supports changent. Toujours un plaisir de voir Ben et de regarder les livres que je n’ai pas encore dans ma bibliothèque perso.

Retour vers le métro. Passage devant Mathgoth où il me semble reconnaître Cope2 en train de travailler. Une superbe expo en perspective. Je prend la 14. Sors à Gare de Lyon et marche jusqu’au Cabinet d’Amateur. Une expo en « noir & blanc !« . Plusieurs artistes : Moyoshi, Florian Marko, Jordane Saget, Saint Oma, Smot, Tetar, David Veroone. Le détail et la finesse de certains traits. La simplicité de deux couleurs que tout réunit et tout oppose.

3 expositions avant les vacances – 6 juillet 2016

C’est depuis Avignon (avec son festival) que je prends le temps d’écrire cet article. Il faut dire que le début du mois de juillet a été intense et qu’il y a eu peu de pause. Entre le travail, les transports, mes parents, ma fête de « non anniversaire » avec un repli stratégique à cause de la pluie, mon anniversaire, les dossiers à finaliser, la valise à faire. J’ai même cru ne pas pouvoir faire mon circuit traditionnel dans le XIIIème arrondissement avant les vacances et rater les expos. Enfin, c’était surtout prendre le temps. Ce que j’ai fait, mercredi 6 juillet. Une virée donc au LavoMatik, à Mathgoth et Itinerrance. Pour les nouvelles fresques j’y repasserai plus tard. En avant donc pour trois expositions solo de grande qualité !

1 + 3 = 13 – 25 mai 2016

16h45. Chemin du retour. Bifurcation prévue. Cascadeur – Ghost surfer dans les oreilles. RER A. je file en direction du 13ème arrondissement. Un trio de galeries avec quelques rayons de soleil de fin d’après-midi. 1 station puis quelques autres. Je modifie ma correspondance pour donner un peu d’insolite à mon trajet. Gare de Lyon. Métro ligne 14. Arrêt Bibliothèque François Mitterrand. Au programme : Itinerrance, Art&Craft et LavoMatik.

17h05 le changement se fait. Plus court qu’à Châtelet. Où vont tous ces gens, valises à la main pour certains, écharpes autour du cou pour certaines. C’était aujourd’hui l’unique fenêtre dans mon emploi du temps pour voir ce que ces 3 galeries présentent. Deux solos avec Maye et Stew, une collective avec le Murs ouverts n°14. Suivez moi et ouvrez grand les yeux !!

Exposition Murs ouverts 13 – 27 février 2016

Samedi. Le soleil est là. Quel bonheur que de sentir sur mon visage sa chaleur, avant-gout d’un printemps qui je l’espère sera agréable. Le froid est quand même présent; n’oublions pas que nous sommes fin février et que la doudoune ne doit pas encore être rangée. Je prends le bus puis le RER. Paris me voilà, mon sac à dos et mon appareil photo avec moi. Au programme : balade dans le 13ème avec des amis de Bourg en Bresse qui sont de passage pour le week-end. Ils viennent surtout pour assister au concert de Muse ce soir à Bercy (ou l’AccordHotels Arena).

Les retrouvailles se font vers Bercy 2, devant l’hôtel où ils dormiront ce soir. Nous partons à pied vers la BNF. Premier arrêt au LavoMatik. Nous sommes seuls à profiter de ce magnifique Murs Ouverts. Un véritable florilège de la scène Street art. Une 70-aine d’artistes, donc autant d’oeuvres sur les murs bruts, béton de cette galerie. Les techniques sont différentes (pochoirs, collage, dessin), les supports aussi (toile, vinyle, bois, métal), la taille et les prix également. 

Exposition Rouleaux magiques – 3 février 2016

Que dire… Simplement que la WCA est présente en force au LavoMatik et m’arrêter là. J’estime que juste de savoir ça vous devriez courir au plus vite voir l’exposition Rouleaux magiques. Si jamais il vous faut encore une bonne raison, l’expo se finit demain.

La WCA, c’est un ensemble d’artistes brillants, pochoiristes d’exception. C’est Jana & Js, Artiste-Ouvrier, Adey, Obi Hood, Karo Trass présents sur les murs du LavoMatik avec des rouleaux de dimensions différentes (2x1m, 115x65cm, 50x30cm, 15x115cm). Le travail est superbe, les couleurs très intéressantes. Il y a une finesse, une précision dans la découpe des pochoirs, c’est fascinant. J’aime beaucoup les oeuvres sur vinyles si jamais vous voulez prendre quelque chose pour mon anniversaire…

Exposition Stoul – 28 novembre 2015

2ème étape en ce samedi : au LavoMatik, Stoul a pris la place sur les murs. Ses femmes félines nous en mettent plein les yeux. En couleur. En découpe, blanc sur blanc. Son travail géométrique, triangle après triangle, est magnifique. Cela résonne avec mon côté mathématicien, même s’il est loin depuis quelques années. Sur toile, sur un skateboard, sur papier, elle met en vie ses personnages, telles des déesses.

Je l’avais déjà vu exposée dans plusieurs galeries et j’apprécie toujours autant ce qu’elle fait. En mars 2014 à la galerie Le Pari(s) Urbain avec Vinie et Doudou Style notamment, en janvier 2015 au LavoMatik avec KristX, en juillet 2015 à Akiza la galerie pour l’exposition Summertime, en septembre 2015 lors du festival La Voie est libre à Montreuil.

En prime, je retrouve des amis artistes: Nemi, Le Baron et sa famille (dont voici son interview), Ben en hôte attentif. Quel plaisir de vous revoir et de prendre du temps ensemble. Cela fait du bien. Pour faire des photos dans le fond du Lavo, je dois me frayer et pour cause, d’autres artistes sont en dédicace avec le projet Never mind the Belote (Artiste ouvrier et RNST entre autres).

Murs ouverts 11 – 2 octobre 2015

URGENT !!! C’est ce soir (samedi 3 octobre) que finit les 11ème murs ouverts au LavoMatik. De quoi rencontrer du beau monde, de discuter avec les propriétaires des lieux, de boire un coup en regardant de bien belles oeuvres, d’acheter un bon bouquin. Tellement d’artistes présents qu’il en est compliqué de faire la liste. Parmi eux, j’en ai interviewé certains : Shadee K, Le Baron et Daco.

Exposition Vinie – 2 septembre 2015

Oyé ! Oyé ! Du nouveau en ce mois de septembre. Du très lourd même. C’est à Paris que cela se passe Mesdames et Messieurs. Au LavoMatik pour vous dire vrai. Exceptionnellement en cette rentrée, Vinie nous en met plein les yeux. En grand ou en petit format, en bleu, en rouge ou en noir, sur toile ou sur carton, elle nous offre un travail exceptionnel, des personnages touchants.

Vinie est une artiste que j’apprécie énormément tant artistiquement que humainement parlant. J’ai eu la chance lors du Festival Rue des arts 2014 à Aulnay-sous-Bois de la voir à l’oeuvre, de discuter avec elle. Je vous invite en plus de cette exposition à lire ou relire des articles passés sur elle :  8 mars 20141 oeuvre, 1 artiste – Mai 2014,  Rue des arts – 16 mai 2014Portes ouvertes Albatros – 18 octobre 2014. J’espère qu’un jour je pourrais l’interviewer. A suivre donc…

3 en 1 autour de la BNF – 27 juin 2015

Fin juin. Le soleil est là. Mes parents aussi. Nous allons faire un tour vers la Bibliothèque François Mitterrand. J’adore faire un tour dans ce quartier. Il a tellement changé depuis quelques années. Cela construit à tout va. Et pour mon plus grand plaisir, il y a trois des plus intéressantes galeries de Street art parisiennes. A chaque fois, je vais mon p’tit circuit. A lire : De Mathgoth au Lavo MatikMetro, boulot, expos !!!3 expositions en 1 balade. La balade que je vous raconte aujourd’hui vaut pour souvenir, car les différentes expositions ne sont plus visibles aujourd’hui. Je n’avais pas eu le temps à l’époque de faire un article mais je me devais de vous les présenter.

1er stop : Galerie Itinerrance. Le lieu a des dimensions intéressantes et durant la dernière fois exposition il y avait une utilisation multiple des murs, porteurs des toiles et support de création pour l’artiste Shoof. J’y ai vu également Seth, Cette fois c’est Brusk qui joue et détourne notre quotidien.

2eme stop : Galerie Mathgoth. Une galerie avec un magnifique puit de lumière. Toujours de quoi se ravir, de quoi voyager, de quoi s’émouvoir. Il y a eu l’exposition New Romantic, l’exposition Synergy, l’exposition Ambition. Là, c’est David Walker. Magnifiques visages féminins, mystérieux. Les regards sont touchants, pénétrants. Mathilde toujours aussi accessible pour discuter et en savoir plus sur l’artiste.

Enfin, 3ème stop : Lavomatik. Dernièrement il y avait eu une exposition d’Artiste Ouvrier, Kym et MoyoshiMa gueule par mes potes pour Epsy, KristX et Stoul. C’est le jour de finissage du 9eme Murs ouverts. Qui dit murs ouverts dit des dizaines d’artistes accrochés au mur. Un régal !! Le seul souci dans cette galerie c’est qu’ils font aussi librairie et que j’ai du mal à ne pas repartir avec un nouveau livre.

Balade parisienne partie 2 – 23 mai 2015

Il fait beau. Soleil. Nous repartons de la Galerie Itinerrance pour rejoindre la LavoMatik. Une exposition solo nous attend, d’Artiste Ouvrier. Il fait partie des références lorsque l’on parle du Street art en France et particulièrement sur la technique du pochoir. Pour avoir vu son travail lors des performances pour Dali fait le mur ou son expo solo à Nunc, je peux attester de la finesse de son travail, la précision de ses traits.

J’avais adoré il y a peu l’exposition 10 ans de peinture à 4 mains avec Jérôme Mesnager à la Galerie Ligne 13. Là, il est seul sur les murs. Sur toiles, sur tiroir, sur vinyles, son travail est étonnant, mystérieux. J’apprécie particulièrement ses oeuvres sur bois. Parfois l’inspiration vient d’oeuvres classiques tel que Le déjeuner des canotiers de Renoir, Les raboteurs de parquet de Caillebotte.

Nous partons avec mon amie par le tram, direction Vincennes. Nous marchons jusqu’à Nation puis le bus. En avant pour l’Espace Leon pour voir l’exposition d’Hopare La rue a du charme organisée par la Galerie 42b. Puis métro Ligne 9 pour rejoindre la place de République et aller voir l’exposition L’oeil et la princesse d’Akiza dans l’espace Remix Coworking.

Akiza nous livre plusieurs oeuvres dont 4 toiles inédites. J’apprécie toujours autant son travail. Entre unicité et multiplicité, entre noir et blanc, entre contraintes et liberté. Notre coup de coeur pour l’oeuvre dans la 6ème photo.

PS : je vous invite à lire ou relire l’interview d’Akiza pour comprendre son travail et décrypter les symboles dans ses oeuvres.

Exposition Kym et Moyoshi – 17 avril 2015

A deux c’est plus rigolo. A deux c’est intéressant et c’est beau. Le LavoMatik offre de grands murs pour deux artistes aux univers singuliers et qui se mélangent bien : Kym et Moyoshi.

J’avais déjà vu quelques collages de Moyoshi dans les rues de Paris. En ce qui concerne Kym, rien pour l’instant. Ce qui est intéressant c’est le dialogue entre les deux artistes, entre leurs oeuvres et leurs collaborations. D’un côté, de la peinture, des regards, des couleurs pastel et pourtant si vibrante ; de l’autre des traits noirs puissants, des yeux grands ouverts, des animaux, des totems, toute une mystique mystérieuse.

La terre qui permet la rencontre est le LavoMatik. Normal j’ai envie de dire. On s’y sent bien. Bonne zik. Accueil formidable. Le temps d’aller et venir, de lever la tête toujours plus haute. Le temps de prendre le temps. Je regarde quelques livres, je m’arrête sur plusieurs oeuvres. L’exposition vaut le coup, une belle harmonie en réunissant deux artistes sur les mêmes murs. A voir jusqu’à samedi 25 avril !!!

Exposition Epsy – Ma gueule par mes potes – 10 mars 2015

Joyeux anniversaire… Joyeux anniversaire… Joyeux anniversaire Epsy !!! Joyeux anniversaiiirrrreeeee !!!

Pour l’occasion, le LavoMatik est rempli d’oeuvres en mode voilà comment les autres artistes, ses potes représentent, voient, s’amusent avec Epsylon Point. Cela permet d’une certaine manière de voir le lien qui unit Epsy à ses amis, de voir ce qu’ils ont envie de raconter de lui, comment les univers se catapultent avec le sien. Comme une déclinaison, comme un ensemble de facettes du même individu, en sachant qu’Epsylon Point ne se résume pas à cela. C’est d’ailleurs un des artistes qui me plairait d’interviewer (qui sait ce qui se passera prochainement…).

Au programme : Alex Tréma, Ange Artist, Artiste Ouvrier, Artman Child, Ben Spizz, Bignow, BZT22, C215, Cearo, Claude Laurent, A.L. Tony, Elam, Ender, Ers, Eugénie Fauny, EZP, Fatal Boy, FKDL, Gabri Le Cabri, Gâchett, Gino, Geb 74, Gregos, Gumo, Happy Fingers, H2H, IZa Zaro, Jana & Js, Jazzu, JBC, Jean Starck, Jef Aérosol, Jinks Kunst, Johann Artiste, JPM, Kim Prisu, KristX, Le Baron Le Baron, La Signe, Lex Dura, M-E Paris, Maest, Mann, Mimi le Clown, Mr Voul, Miss Fuck, Mosko, Nefast de la Fourberie, Nemi, Nice Art, No Rules Corp, Oakone, Oswald Boston, Paddy, Paella Chimicos, RNST, Roswitha Guillemin, Sara Chelou, Shadee K, Shadow, Spray Yarps, Stew, Stoul Peintresse, Stra, Tea 76, Eric Vanstaën, Virgo Black, Viza Art, Zeb Sebon, Zut Flute Calamute. De quoi donner le tournis.

Il faut voir cela absolument !!! Mais il ne reste qu’aujourd’hui et demain. Donc bougez vous les miches !!!!! En plus, un livre est sorti en tirage limité :  « Ma gueule par mes potes ».

Exposition KristX et Stoul – 24 janvier 2015

Samedi. 2ème plaisir des yeux. Nous voilà au LavoMatik avec Nemi Uhu et Nath Oxygene. Au dehors Artiste Ouvrier crée une oeuvre avec ses pochoirs d’une finesse impressionnante. Je l’ai croisé à plusieurs reprises. A chaque fois, je vois dans son regard que mon visage ne lui ai pas inconnu mais qu’il ne se souvient pas du reste. Cela me fait sourire. Je lui rappelle mon prénom et le fait que l’on s’est croisé dernièrement pour l’Exposition Dali fait le mur. Peut être j’aurai la chance un jour de l’interviewer et ce sera alors l’occasion de prendre le temps de la rencontre.

Je rentre dans la galerie-librairie-caverne aux trésors. A l’honneur sur les murs KristX. L’univers est saisissant, vif, intense. Une vibration sort de certaines toiles. Les couleurs sont époustouflantes. J’ai adoré la toile qui se trouve en haut des escaliers. Une invitée a pris également de la place et signe son livre : Stoul. Quelques œuvres de cette dernière sont là.

Deux femmes talentueuses donc pour une fin d’après midi sans pluie. A voir jusqu’au 31 janvier 2015 !

Metro, boulot, expos !!! – 8 novembre 2014

Samedi 8 novembre. Le soleil est au rendez-vous. La température continue sa descente progressive. Malgré tout,  cela donne envie de se mettre en mouvement.

Je dois d’abord passer sur Nanterre pour le travail. L’idée est de faire des relations publiques, d’aller à la rencontres des associations du quartier Berthelot. J’espère que cela sera porté ses fruits.

Pour profiter de cet aller retour via Paris, je me suis organisé une balade, passant par trois galeries. Pour le plaisir des yeux !! J’ai choisi d’avoir un jour de décalage par rapport au vernissage, histoire de pas subir la foule. J’ai mon appareil photo. J’espère ne pas faire flamber la CB, même si certaines oeuvres ou sérigraphies me tentent bien, même si certains livres également.

Au programme : Stew à la gallerie Nunc, Rubbish à Mathgoth et une exposition collective au LavoMatik.

3 expositions en 1 balade – 18 octobre 2014

3 en 1, cela fait télé shopping. Sauf que pour le coup, je n’ai rien à vous vendre et je n’ai aucun intérêt en nature pour chaque personne passée dans ces 3 lieux. Juste le plaisir de vous faire découvrir 3 galeries de Street art que j’apprécie tant par la qualité des artistes proposés, de l’approche complètement différentes de les mettre en avant, que par les espaces dévolus pour l’exposition.

3 en 1 effectivement car elles sont à 500 mètres l’une de l’autre. Et tout cela facilement accessible : vous pouvez soit sortir à Bibliothèque François Mitterrand, faire un tour par les Frigos, aller d’abord à la galerie Itinerrance,  chasser ensuite quelques Gouzous avant d’entrer dans la galerie Mathgoth puis passer à côté du tram pour finir au Lavo Matik, soit sortir à Avenue de France et le faire dans le sens inverse.

3 en 1 qui m’a permis de profiter pleinement du soleil de ce samedi après midi. Voilà en détails les galeries et les artistes exposés, profitez bien de cette offre culturelle !

De Nunc au Lavo Matik – 4 octobre 2014

Samedi dernier, il y avait plein de choses à faire. Cela a commencé par un déjeuner en famille avec mon grand-père. Il était de passage sur Paris. Il part dimanche 5 pour l’île de la Réunion voir mes parents et il passera également à Mayotte voir mon oncle, ma tante, mon cousin et sa p’tite famille. A chacune de ses venues, nous profitons de lui et l’emmenons à la découverte de la capitale. Nous sommes allés manger dans un restaurant japonais, rue Saint Anne dans le 1er arrondissement. Un régal !!

Nous profitons du soleil pour faire un tour dans le jardin des tuileries. Puis nous prenons le bus en direction de Nunc. J’ai réussi à convaincre mes amis de découvrir deux expositions. Le 17 septembre, c’était De Mathgoth au Lavo Matik;  ce 4 octobre il y a du changement.

De Mathgoth au Lavo Matik – 17 septembre 2014

Finir sa journée par deux expositions de Street Art, cela fait du bien. Surtout qu’elles ne sont pas loin l’une de l’autre et que le soleil était avec moi. Direction donc Bibliothèque François Mitterand.

Première étape : Mathgoth, 34 rue Hélène Brion dans le XIIIème. La galerie propose l’expo « Souvenirs de vacances » de FENX jusqu’au 4 octobre 2014. Il est question de traces, de visages qui laissent place à des mots. Les couleurs sont belles, le travail de matière très intéressant. On se rappelle alors ce que nous avons fait durant l’été, le bord de la piscine, la séance de bronzage, ce baiser échangé, ce moment qui s’inscrit à jamais dans la mémoire.

Deuxième étape : Lavo Matik,  20 boulevard du Général Jean Simon dans le XIIIème. Ici, c’est Nice art qui a envahi l’espace. Le lieu donne de la hauteur aux oeuvres. Mi galerie, mi librairie, il y a de quoi se faire plaisir. Nice art propose un travail de pochoiriste de qualité sur de multiples supports : bois, toiles, panneaux de signalisation. Pour moi, c’était également l’occasion d’acheter deux livres pour compléter ma collection.