Aérosol Part 8 – 10 septembre 2017

Un dimanche comme je les aime. Commencer déjà par un brunch chez une amie. Avoir une table remplie de victuailles. De douceurs. Prendre le temps. Etre ensemble. Puis direction la Philharmonie pour un concert dans le cadre du festival Jazz à la Villette. Avant de rentrer à la maison, faire un crochet par l’Aérosol pour voir les dernières créations. Un dimanche en trois temps, que je vous laisse découvrir plus en détail. 

Aérosol Part 7b – Interview Kevin Ringeval

Après avoir réalisé l’interview de David Benhamou (qui viendra prochainement), co-organisateur de l’Aérosol, pour la partie Maquis-art, il m’emmène chercher son acolyte Kevin Ringeval. Nous ressortons de la partie musée (qui au moment des faits étaient encore à ses balbutiements, les murs se montaient à peine). Nous nous dirigeons vers le bar. Kevin est par là et accepte de répondre à mes questions. Enfin… je n’avais pas vraiment prévu cela. Mais pas grave, voilà qui me pousse dans l’action, m’apprend le métier. Je ne me dégonfle pas et démarre au pied levé l’interview de Kevin. Voilà donc le côté face de l’Aérosol, Polybrid.

Aérosol Part 6 – 3 septembre 2017

Back to L’Aérosol. Je reviens. Encore et encore. Un autre jour, avec d’autres personnes qui m’accompagnent. Nous sommes allés bruncher chez une amie dans le 19eme et j’avais proposé l’idée d’aller faire un tour dans cette friche. Après nous en avoir rempli plein la panse, nous prenons la voiture pour aller du 19ème au 18ème. Allons nous trouver de la place? Affaire à suivre…

Aérosol Part 5 – 2 septembre 2017

Le temps passe et les semaines ne se ressemblent pas. Bientôt la rentrée. Le dernier week-end avant la reprise pour les enfants. De quoi chercher les meilleurs bons plans pour sortir en famille, découvrir un lieu et s’amuser. Et en ce moment, la presse est unanime, c’est à l’Aérosol qu’il faut venir. En ce samedi après-midi, le public est au rendez-vous. Familial. Très éclectique. En arrivant sur le quai, les tables et les chaises sont de sortie. Les bombes également. Petits et grands s’amusent à peindre sur le sol.

Cela fait déjà la quatrième fois que je viens ici (Part 0, Part 1, Part 2, Part 3). J’ai pu voir des artistes en pleine création, observer un entraînement de roller, interviewer plusieurs visiteurs. D’ailleurs, il y a quelques jours, j’ai mis en ligne l’interview des Paris Rollergirls, histoire de vous faire découvrir le Roller Derby. J’estime vraiment que c’est sur la longueur que l’on peut raconter une aventure, que l’on peut rendre contre de ce qui se passe, en tout cas donner à voir une partie de la vie du lieu. Aujourd’hui, il y a la cerise sur le gâteau. Seriez-vous suffisamment curieux pour lire l’article en entier et découvrir de quoi il en retourne ???

Aérosol Part 4 – Interview Paris Rollergirls

Retour en arrière. Nous sommes le 19 août. Je passes une bonne partie de mon après-midi à l’Aérosol. J’ai fait déjà plusieurs passages sur le quai. Les gens vont et viennent, certains avec une bombe à la main. D’autres en roller filent à toute vitesse. Je me suis lancé à interroger les visiteurs pour recueillir leur avis sur le lieu. J’espère pouvoir interviewer David Benhamou, l’un des organisateurs de ce lieu. Et puis en entrant dans le bâtiment, je vois la fin de l’entrainement avec les Paris Rollergirls. Gagné par une certaine énergie, je me permets de les aborder pour savoir si cela les tente de répondre à quelques questions. Elle me dit que cela peut le faire et m’amène vers une deuxième femme, responsable de la com dans l’association. Ok pour elles. Elles plient leur affaire, descendent de leurs patins et le rdv est pris dans 20 minutes vers le bar.

Voici donc à lire l’interview de deux Paris Rollergirls, à la découverte d’un sport pour ma part méconnu le Roller Derby. En face de moi Bitch’Plz et Atomic Blondie. Bonne lecture ! 

PS : * Pour découvrir les Paris Rollergirls : site internet / instagram / twitter / facebook *

Aérosol Part 3 – 26 août 2017

Bientôt la fin du mois d’août.
Bientôt la reprise du travail après une semaine de congés.
Bientôt aurons nous la chance de vivre un été indien et récupérer un peu de luminosité dans nos journées franciliennes.
Bientôt la rentrée des classes, synonyme pour certains de retour face aux élèves, pour d’autres de « je-vais-enfin-refiler-mes-gamins-à-quelqu’un ».
Bientôt l’Aérosol offrira un peu plus que du roller, du skate, du graffiti, du Street art, des Food trucks, des DJs Set.
Et bientôt vous irez voir tout ça !!!

Aérosol Part 2 – 23 août 2017

Les jours passent et ne se ressemblent pas. Me voilà en congés depuis hier. L’occasion de souffler un peu, de prendre du recul par rapport au boulot et surtout de prendre du temps pour retranscrire les trois interviews que j’ai faites samedi. Pas simple que d’écouter un enregistrement et taper en même temps. Cela demande de la concentration et de revenir une fois, deux fois en arrière, ré-écouter les mêmes paroles. Mais bon, maintenant je commence à avoir l’habitude, à avoir un bon rythme. J’ai donc eu le temps entre mardi et mercredi matin de faire l’interview des Paris Rollergirs, de David Benhamou et Kévin Ringeval. Reste maintenant à ces mesdames du Roller Derby et à ces messieurs de l’Aérosol de relire, de corriger et de valider. A suivre donc.

Pour ma part, j’avais prévu de retourner arpenter le quai de l’Aérosol, voir ce qui avait été fait pendant le week-end, pour être sûr que je n’allais rien rater et puis prendre du bon temps là-bas, assis sur une chaise bleue, une bière à la main. Retour donc en terre connue, car cela fait déjà deux virées que je fais ici (voir Part 0 et Part 1). J’ai changé de technique d’approche. L’heure n’était pas vraiment propice à prendre une AutoLib. Me voilà donc en RER B, puis E afin de rejoindre la station de Rosa Parks. En moins d’une heure j’y suis. Effectivement la station est toute proche de l’Aérosol. La sécurité accueille cette après-midi dès le portail. Le sourire est là. J’ai déjà sorti mon appareil photo, histoire de tout prendre en photo, les moindres détails. Laissez vous embarquer !

Aérosol Part 1 – 19 août 2017

Voici la première partie de mon reportage sur l’Aérosol. Le tour (et plus) que j’ai fait avec Malory le 10 août était, pour ainsi dire, pour prendre la température. Je ne sais pas si je pourrais interviewer David BENHAMOU aujourd’hui mais quoi qu’il en soit, il est plus que nécessaire d’aller voir ce qui se trame là-bas. D’autant plus que depuis la dernière fois, de nombreuses oeuvres ont dû voir le jour et ont dû recouvrir les anciennes. La vitalité de ce genre de lieu tient aux organisateurs dans leur façon de concevoir l’espace et de l’animer mais également aux artistes qui y font des oeuvres et aux publics qui viennent le faire vivre.

Pour ne pas perdre trop de temps en transport, je décide de prendre une AutoLib d’Aulnay-sous-Bois à Paris. C’est parfois un bon plan car depuis la banlieue je peux bénéficier de 60 minutes de conduite offerte si je ramène le véhicule dans certaines stations parisiennes. Je décide donc de m’arrêter vers le canal Saint-Martin, histoire de passer devant le Point Ephémère et y faire quelques photos. Cela fait un moment que je ne suis pas passé par là, mes balades me manquent…

Je passe ensuite vers Jaurès, devant le Jardin d’Eole et par la rue d’Aubervilliers. A l’angle avec la rue Riquet, la pluie fait son apparition. Intéressant de voir comment ces murs ont vécu. Il y a eu, il y a plusieurs mois, un projet en l’hommage de Rosa Parks, la « mère du mouvement des droits civiques » aux Etats-Unis. Quelques oeuvres sont toujours là. Certaines sont recouvertes de tags. A découvrir par ici, dans cette galerie de photos. Je remonte la rue jusqu’au bout, traverse sous les voies de RER. Je rejoins l’Aérosol. Qu’est-il arrivé depuis la dernière fois où je suis venu ? Venez avec moi…

Aérosol Part 0 – 10 août 2017

Journée de télétravail. Ce qui signifie : rester dormir un peu plus, prendre le temps pour bien déjeuner, travailler depuis la table du salon sur mon ordinateur et avec mes documents ramenés de la Régie. Cela me fait économiser du temps de transports (travaux sur le RER A) et rallonger mes nuits. Un vrai bonheur. Pas simple encore aujourd’hui que de parler de qualité de vie au travail, de trouver une organisation qui prenne en compte la pénibilité des trajets. Pas simple non plus la notion de télétravail qui fait une part immense à la confiance entre le salarié et le n+1 dans la réalisation du travail.

Rendez-vous sur le quai avec une amie (dont il faut impérativement que vous découvriez le groupe de musique Les Akouphènes), métro Marcadet Poissonniers. Nous sortons à l’air libre. Direction rue Ordener puis Riquet. Petit « gauche-droite » pour arriver rue de l’Evangile. Depuis plusieurs jours sur Facebook j’ai vu circuler des photos d’un nouveau lieu de Street art, Graffiti. Une friche dans le 18ème. Il faut dire que la communauté de passionné.e.s, de photographes, d’artistes avec laquelle je suis connecté a vite fait que de faire le lien. A découvrir par ici…