Expos dans le 13ème – 14 juin 2017

Mercredi. Jour le plus chaud de la semaine. De quoi faire au boulot, à tel point que je dois  emmener quelques bricoles à la maison. En ce moment, un projet prend de la place; il s’agit de la création au sein de la Régie d’une boite à don. Je suis secondé par une stagiaire et cela permet de tenir le cap et d’avancer. De 14h à 17h c’était un tout autre sujet: création de bombes de graines au centre social avec des habitant.e.s. Une équipe réduite certes mais plus que motivée par l’idée de Green guerilla et de refleurir le quartier. Nous créons nos bombes, mettons les mains dans l’argile et la terre puis partons sillonner le quartier, jetant ici ou là nos bombes.

L’heure de fin approche. Heureux de notre mission plus que remplie et l’envie déjà de recommencer. Je récupère mes affaires. Direction le 13ème arrondissement. Evidemment que c’est pour du street art. Evidemment qu’il y aura du Murs Ouverts. Mais là ce n’est plus trois galeries mais cinq que je vais voir. Elles poussent et se regroupent vers le tramway. Je fais donc un crochet, par la ligne 14 et la station Bibliothèque François Mitterrand. Allons voir ce que nous réserve ces galeries.

2 connues + 1 inconnue = 3 galeries – 28 avril 2017

Vendredi. 17h15. Je viens de finir deux jours de formation sur le développement durable. Parler de la planète, de changement de système, de champ des possibles, de rêve. Parler des 3 piliers : environnement, social, économique. Y rajouter un 4ème celui de la gouvernance. Imaginer des solutions. Rendre plus vertueux nos projets. Y intégrer de nouvelles dimensions pour redonner du sens, pour apporter à notre échelle une manière de faire plus respectueuse de notre territoire, de ses habitants. Une formation riche, trop courte peut-être. Des acteurs venus de toute la France, dans des domaines très variés (sport, petite enfance, culture), plus que motivés.

Je sors, le ciel est menaçant. Des nuages gris. Le soleil qui arrive quand même à les transpercer ici ou là. Comme je suis dans le 13e arrondissement, je me dirige vers le LavoMatik. L’occasion était trop belle et j’avais bien envie de voir ce que les murs me réservaient… 

Galerie Itinerrance – 15 octobre 2016

La galerie Itinerrance s’est exportée depuis quelques mois à proximité du LavoMatik. Un espace tout en longueur comme vous pouvez le voir. De quoi revoir des oeuvres d’artistes talentueux, qui étaient récemment exposés dans la galerie :

Une belle invitation également pour aller flâner dans les rues du XIIIème à la recherche des fresques réalisées par ces grands noms du Street art.

3 expositions avant les vacances – 6 juillet 2016

C’est depuis Avignon (avec son festival) que je prends le temps d’écrire cet article. Il faut dire que le début du mois de juillet a été intense et qu’il y a eu peu de pause. Entre le travail, les transports, mes parents, ma fête de « non anniversaire » avec un repli stratégique à cause de la pluie, mon anniversaire, les dossiers à finaliser, la valise à faire. J’ai même cru ne pas pouvoir faire mon circuit traditionnel dans le XIIIème arrondissement avant les vacances et rater les expos. Enfin, c’était surtout prendre le temps. Ce que j’ai fait, mercredi 6 juillet. Une virée donc au LavoMatik, à Mathgoth et Itinerrance. Pour les nouvelles fresques j’y repasserai plus tard. En avant donc pour trois expositions solo de grande qualité !

1 + 3 = 13 – 25 mai 2016

16h45. Chemin du retour. Bifurcation prévue. Cascadeur – Ghost surfer dans les oreilles. RER A. je file en direction du 13ème arrondissement. Un trio de galeries avec quelques rayons de soleil de fin d’après-midi. 1 station puis quelques autres. Je modifie ma correspondance pour donner un peu d’insolite à mon trajet. Gare de Lyon. Métro ligne 14. Arrêt Bibliothèque François Mitterrand. Au programme : Itinerrance, Art&Craft et LavoMatik.

17h05 le changement se fait. Plus court qu’à Châtelet. Où vont tous ces gens, valises à la main pour certains, écharpes autour du cou pour certaines. C’était aujourd’hui l’unique fenêtre dans mon emploi du temps pour voir ce que ces 3 galeries présentent. Deux solos avec Maye et Stew, une collective avec le Murs ouverts n°14. Suivez moi et ouvrez grand les yeux !!

Exposition Wise 2 – 28 novembre 2015

Le soleil et le froid. Samedi. Que faire pour ne pas rester chez soi et aller à l’aventure. Comment se faire plaisir à moindre coût : aller voir des chouettes expositions de Street art. Pour ne pas courir à travers Paris et se laisser aussi le temps de flâner, rien de tel que de choisir le trio de galeries proches de la BNF. Dans un sens ou dans l’autre, ce qui est sûr c’est que je vais en voir de toutes les couleurs, de tous les styles.

En premier, la galerie Itinerrance. C’est l’artiste Kenyan Wise 2 qui est à l’honneur. Travail sur le masque, la symétrie, les symboles, la spiritualité africaine. Cela me replonge dans mes années en Côte d’Ivoire. J’aime le côté brut de cette espace et la taille des murs. De quoi permettre l’accrochage de grandes toiles, de quoi investir les murs au gré des artistes exposés (pour mémoire : BtoyC215ShoofSethBrusk, ElSeed). Itinerrance c’est aussi la tour 13 et les fresques du 13ème et rien que pour ça chapeau. Moi qui rêve de voir certains murs de Nanterre subir le même sort.

3 en 1 autour de la BNF – 27 juin 2015

Fin juin. Le soleil est là. Mes parents aussi. Nous allons faire un tour vers la Bibliothèque François Mitterrand. J’adore faire un tour dans ce quartier. Il a tellement changé depuis quelques années. Cela construit à tout va. Et pour mon plus grand plaisir, il y a trois des plus intéressantes galeries de Street art parisiennes. A chaque fois, je vais mon p’tit circuit. A lire : De Mathgoth au Lavo MatikMetro, boulot, expos !!!3 expositions en 1 balade. La balade que je vous raconte aujourd’hui vaut pour souvenir, car les différentes expositions ne sont plus visibles aujourd’hui. Je n’avais pas eu le temps à l’époque de faire un article mais je me devais de vous les présenter.

1er stop : Galerie Itinerrance. Le lieu a des dimensions intéressantes et durant la dernière fois exposition il y avait une utilisation multiple des murs, porteurs des toiles et support de création pour l’artiste Shoof. J’y ai vu également Seth, Cette fois c’est Brusk qui joue et détourne notre quotidien.

2eme stop : Galerie Mathgoth. Une galerie avec un magnifique puit de lumière. Toujours de quoi se ravir, de quoi voyager, de quoi s’émouvoir. Il y a eu l’exposition New Romantic, l’exposition Synergy, l’exposition Ambition. Là, c’est David Walker. Magnifiques visages féminins, mystérieux. Les regards sont touchants, pénétrants. Mathilde toujours aussi accessible pour discuter et en savoir plus sur l’artiste.

Enfin, 3ème stop : Lavomatik. Dernièrement il y avait eu une exposition d’Artiste Ouvrier, Kym et MoyoshiMa gueule par mes potes pour Epsy, KristX et Stoul. C’est le jour de finissage du 9eme Murs ouverts. Qui dit murs ouverts dit des dizaines d’artistes accrochés au mur. Un régal !! Le seul souci dans cette galerie c’est qu’ils font aussi librairie et que j’ai du mal à ne pas repartir avec un nouveau livre.

Balade parisienne partie 1 – 23 mai 2015

Pour commencer ce samedi, j’avais donné rendez vous à une amie métro BNF, sortie René Goscinny. Il y avait de quoi faire et presque trop, à ne plus savoir où en donner de la tête. Nous descendons la rue pour arriver au Centre d’Animation. Là, l’exposition Street art super heroes nous ouvre ses portes. Ce qui est sympa c’est le dialogue entre les ateliers du centre et les artistes. De Batman à catwoman en passant par les héros de tous les jours, de dessin au collage, en passant par le pochoir, il y a de quoi voir. Au programme : Sara Chelou, Jo Di Bona, D-day, Epsylone, Ted nomad, Sticko, Crey 132, H2H, Amelius Nubz, Celine Lebovitch, Dezache, Dillon Boy, Nefast de la Fourberie, Shadee K, Artiste Ouvrier, Project another brick, Black Salamander, Antonsetemer, Dryer, TOFF, Basto, Shadow 2 SEBD, Wizart.

Nous continuons plus bas dans la rue René Goscinny pour aller à la Galerie Itinerrance. Là, c’est l’exposition Dripping point de Shoof. La calligraphie poussée dans ces retranchements, dans ces confins. La technique est intéressante et questionne sur ce que cela donne à l’extérieur, en rue. Encore que. Il faut demander à la galeriste d’éteindre les lumières. L’intérieur de la galerie se transforme. Un magnifique ciel étoilé rien que pour nous.

PS : Pour découvrir Shadee K comme jamais, vous pouvez lire son interview.

PS2 : vous pouvez suivre la fin de ce samedi par ici.

Exposition Walking on a dream – 26 mars 2015

Besoin d’un peu de rêve??? Je vous emmène dans un monde intermédiaire, entre un « ici et maintenant » et un « ailleurs et infini ». Besoin de couleur? Alors c’est bien là qu’il faut vous arrêter, prendre le temps et ouvrir la porte des émotions. Pour cela, vous pouvez cliquer plus bas pour accéder aux photos ou vous rendre à la galerie Itinérance (7 bis rue René Goscinny dans le 13ème).

L’artiste a l’honneur est Seth, alias Julien Malland. Connu pour ces documentaires dans l’équipe des Nouveaux Explorateurs de Canal +, il offre une exposition onirique et chromatique : Walking on a dream (j’ose utiliser ce terme même si je ne suis pas sûr que l’emploi est correct). Une dizaine d’oeuvres, toutes vendues, sont sur les murs de la galerie. Chacune raconte une histoire, a une part de mystère et d’illusion, des arc-en-ciel concentrique, des sweats rayés à capuche.

Il y a souvent une partie absente, disparue. Les personnages sont en flottaison dans un lieu inconnu et semblent voyager au delà. Ils sont traversés par des énergies colorées. Le corps devient le véhicule et transporte, transgresse, transforme. Nous sommes au coeur d’une cosmogonie propre à Seth qui interroge sur ces êtres, sur ce qu’ils nous renvoient, sur ces rêves, sur ce qu’ils symbolisent. L’enveloppe corporel s’ouvre et rend visible le « moi » intérieur.

Il est intéressant d’avoir fait deux murs de brique à l’intérieur de la galerie pour mettre le dehors au dedans, pour rappeler que le principal travail est fait dans la rue. Le matériaux est un support également qui donne vie différemment aux deux personnes, femme et homme. Par le jeu du décalage entre les murs et du fait qu’il soit partiellement brisés, le spectateur peut apercevoir une toile. La partie ainsi créée de la galerie, sous forme de cavité, contient quelques toiles, plus organiques, plus viscérales. La scénographie apporte incontestablement une dynamique particulière aux oeuvres exposées (même si, à mon goût, la lumière manque un peu et mériterait d’être travaillée pour profiter davantage des toiles).

3 expositions en 1 balade – 18 octobre 2014

3 en 1, cela fait télé shopping. Sauf que pour le coup, je n’ai rien à vous vendre et je n’ai aucun intérêt en nature pour chaque personne passée dans ces 3 lieux. Juste le plaisir de vous faire découvrir 3 galeries de Street art que j’apprécie tant par la qualité des artistes proposés, de l’approche complètement différentes de les mettre en avant, que par les espaces dévolus pour l’exposition.

3 en 1 effectivement car elles sont à 500 mètres l’une de l’autre. Et tout cela facilement accessible : vous pouvez soit sortir à Bibliothèque François Mitterrand, faire un tour par les Frigos, aller d’abord à la galerie Itinerrance,  chasser ensuite quelques Gouzous avant d’entrer dans la galerie Mathgoth puis passer à côté du tram pour finir au Lavo Matik, soit sortir à Avenue de France et le faire dans le sens inverse.

3 en 1 qui m’a permis de profiter pleinement du soleil de ce samedi après midi. Voilà en détails les galeries et les artistes exposés, profitez bien de cette offre culturelle !

Exposition C215 – 28 juin 2014

L’exposition Douce France de C215, alias Christian Guémy, est actuellement visible à la Galerie Itinerrance à Paris (du 20 juin au 5 juillet 2014) et au Palais Bénédictine à Fécamp (du 14 juin au 28 septembre 2014). On y voit la France que l’on connaît, qui a marqué l’histoire, récente ou ancienne. On y voit des hommes et des femmes, des artistes, des aventuriers, des héros français. Il a fait entrer à l’intérieur de la galerie les objets de la rue avec des boites aux lettres et un panneau d’affichage électoral. Car c’est également sur ce mobilier urbain que C215 œuvre notamment à Vitry-sur-Seine (et dans bien des villes du monde maintenant : Londres, Rome, Barcelone,…).

L’attrait, cette fois, se situe dans le choix du support et la résonance faite avec le sujet. Vous verrez l’histoire de ce pays et ses illustres personnages sur des cartes géographiques, sur une chaussure, sur un billet de banque. La vitalité et la vivacité des couleurs est au service du travail du pochoiriste.

Douce France,
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t’ai gardée dans mon cœur ! 

Voilà donc les sujets de son enfance ou de celui de sa fille que C215 nous présentent là. A vous de cliquer pour en découvrir davantage.